14 JUILLET, UN ANNIVERSAIRE PEUT EN CACHER UN AUTRE

Le blog de Raymond Combaz

1789, Histoires de Révolution. 1/5. La Fête de la Fédération, célébration de la prise de la Bastille le 14 juillet 1790, n’est pas sans conséquence. C’est oublier la Ire République et nous plier à une fête nationale liée à une monarchie. Par Michel Biard Historien

Chaque 14 juillet, nous bénéficions d’un jour férié, agrémenté de bals, feux d’artifice et jets de pétard. L’immense majorité des Françaises et Français pense que ce jour marque l’anniversaire de la prise de la Bastille. Pourtant, lorsque, en 1880, la IIIe République le choisit comme fête nationale, de vifs débats agitèrent le monde politique, avant qu’un consensus ne soit trouvé autour de l’idée de fêter le 14 juillet de 1790 et non directement celui de 1789. Mettre en avant 1790 signifiait jeter un voile sur les violences de juillet 1789, donc éviter de raviver des clivages politiques hérités de la Révolution, alors encore vivaces. Mais ce choix de 1790 implique aussi…

Voir l’article original 393 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :