Scandale de l’amiante : les dernières et incompréhensibles conclusions des juges d’instruction

Journalisme et Santé Publique

Bonjour

«Scandale de l’amiante». C’est ainsi que l’on désigne, en France, le délai qui a existé entre d’une part la découverte des effets sanitaires délétères de l’exposition humaine à ce matériau isolant et , de l’autre, l’action préventive des autorités sanitaires et politiques. Un délai qui apparaît aujourd’hui proprement invraisemblable – courant approximativement entre le milieu des années 1970 et la fin des années 1990. Ce n’est pas la seule invraisemblance de ce dossier tentaculaire.

Des
juges d’instruction parisiens viennent ainsi de rendre une ordonnance de
non-lieu pour les responsables d’Eternit, (célèbre groupe spécialisé dans la
production d’amiante). L’information a été donnée lundi 15juillet par l’Agence
France Presse
sur la foi de sources concordantes. Dans cette ordonnance
datée du 10juillet, consultée par l’AFP, les magistrats écrivent:

«(…)
compte tenu de l’impossibilité de dater l’intoxication des plaignants, il
apparaît impossible de déterminer qui était aux responsabilités au sein de
l’entreprise…

Voir l’article original 319 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :