Du “citoyen du monde” au “village planétaire” : chronique du capitalisme

Le Comptoir

Idéal de vie pour certains, le “citoyen du monde” n’est qu’une figure théorique creuse, bien éloignée de sa définition stoïcienne originelle, à laquelle il manque deux composantes pourtant essentielles : être un citoyen et appartenir à une cité.

© Davide Bonazzi

Vêtu d’un costume trop grand pour lui, le citoyen du monde moderne marche dans une rue trop bondée pour qu’on le distingue et s’arrête devant un bâtiment trop haut pour en voir le sommet. Si ce constat lui offre à la fois une raison de se lamenter – il n’est plus à la hauteur de rien – et une raison de se féliciter – rien n’est plus à sa hauteur non plus –, il révèle surtout le divorce qui a lieu quotidiennement entre le citoyen et la cité, le singulier et le pluriel, le particulier et le général. Bref, entre sa maladie de foie et le réchauffement climatique.

Dans sa « Chronique…

Voir l’article original 1 690 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :